WOODSTOCK (GNB) – L’automne prochain, le gouvernement provincial lancera un projet pilote de cinq ans dans plusieurs collectivités pour aider à prévenir la consommation de substances chez les jeunes.

« Nous devons nous attaquer au phénomène de la consommation de substances chez nos jeunes », a déclaré la ministre de la Santé, Dorothy Shephard. « C’est une initiative importante qui permettra à chaque collectivité participante d’instaurer un modèle d’intervention adapté à ses défis et à ses besoins. »

Mme Shephard a indiqué que le projet reposera sur la collaboration entre les experts de la prévention de consommation de substances, les intervenants communautaires, les partenaires de promotion de la santé, les bénévoles, les jeunes, les communautés scolaires, les chercheurs et les décideurs. Ces équipes feront état des principaux problèmes de leur collectivité liés à la consommation de substances chez les jeunes, élaboreront des solutions et mettront en place un plan d’action communautaire.

Le modèle de prévention servira à trouver des façons de neutraliser les facteurs incitant les jeunes à consommer des substances, notamment la disponibilité et la commercialisation de substances, les facteurs socioéconomiques, les milieux scolaires et communautaires, les relations familiales et la pression des pairs.

Les noms des collectivités qui participeront au projet pilote seront annoncés l’année prochaine.

Mme Shephard était à Woodstock pour parler du nouveau plan provincial de la santé, Stabilisation des soins de santé : Un appel à l’action urgent. Elle a affirmé que le projet pilote est l’une de plusieurs initiatives visant à améliorer l’accès aux services de traitement des dépendances et de santé mentale.

« Cinquante et un pour cent des gens du Nouveau-Brunswick ont indiqué risquer de souffrir de troubles de santé mentale en raison de l’isolement social, du stress et des difficultés économiques causés par la pandémie de COVID-19, a déclaré Mme Shephard. Nous agissons dès maintenant pour régler ces enjeux et veiller à ce que les résidents aient un meilleur accès aux services de traitement des dépendances et de santé mentale dont ils ont besoin. »

Mme Shephard a dit qu’un site de prévention des surdoses, prévu dans le plan de la santé, a déjà été trouvé; il sera situé dans les locaux existants d'ENSEMBLE, à Moncton, et doit ouvrir d'ici la fin du mois. De plus, les 14 cliniques de services de traitement des dépendances et de santé mentale de la province offriront des services sans rendez-vous au cours de l’année prochaine.

Elle a indiqué que, d’ici 2023, des lits seront ajoutés à Campbellton pour les personnes qui souhaitent être traitées pour une maladie mentale ou un trouble lié à l’usage de substances; l’unité de crise mobile sera agrandie pour soutenir davantage les personnes qui vivent une crise de dépendance ou de santé mentale; et le site Web Navigapp sur les dépendances et la santé mentale fera l’objet d’une plus grande promotion afin d’augmenter les taux d’utilisation de 20 pour cent et de fournir une solution de rechange en temps opportun aux services traditionnels.

D’autres initiatives importantes seront réalisées au cours des deux prochaines années pour améliorer l’accès aux services de traitement des dépendances et de santé mentale, notamment :

  • le lancement d’un service téléphonique d’urgence provincial, accessible 24 heures sur 24, sept jours sur sept en cas de crise de dépendance et de santé mentale;
  • l’accès à une équipe de consultation clinique offert aux jeunes ayant des besoins complexes qui vivent dans des foyers d’accueil ou de groupe; et
  • l’ajout de personnel en santé mentale dans les services d’urgence afin que les personnes en situation de crise de dépendance ou de santé mentale reçoivent un soutien plus rapide et des suivis coordonnés.

Cette semaine, le gouvernement provincial a dévoilé son nouveau plan de la santé, Stabilisation des soins de santé : Un appel à l’action urgent. Ce plan décrit la marche à suivre en vue de stabiliser et de rebâtir le système de soins de santé du Nouveau-Brunswick, afin qu’il soit plus axé sur les citoyens, plus accessible, plus responsable et plus inclusif et qu’il mette davantage l’accent sur les services.